Entretien-Nadège-Autin-Alterre-Bourgogne

Le 11 mars 2016, Alterre Bourgogne, Agence pour l’environnement et le développement soutenable à Dijon, a organisé sa conférence annuelle sur le thème des inégalités environnementales, sociales et territoriales. Nadège Austin, directrice de l’agence, nous fait part des actions actuellement menées pour lutter contre ces inégalités en Bourgogne et nous en présente les enjeux.

Pourquoi avoir choisi le thème des inégalités pour cette conférence annuelle ?

Nadège Austin, directrice d'Alterre Bourgogne© Alterre Bourgogne

N.A. : Les inégalités sont généralement abordées uniquement sous l’angle socio-économique. Pourtant, nous sommes dans un contexte de déséquilibre global dans lequel l’environnement et l’humain sont liés : le changement climatique, la dégradation des écosystèmes et l’érosion de la biodiversité sont dus aux comportements humains. Et à la fois, tous ces changements vont avoir un impact sur les sociétés humaines. Un impact qui sera toutefois différent d’une grande région du globe à une autre, d’un pays à l’autre, et au sein même des pays, selon les territoires, les groupes sociaux et les catégories de populations. On voit donc émerger de nouvelles inégalités sociales : les inégalités environnementales, fortement dépendantes du territoire.

Selon qu’il se trouve en zone côtière, selon la présence plus ou moins grande d’espaces verts, et selon le type de population plus ou moins vulnérable, les réponses à apporter pour s’adapter seront différentes. C’est au croisement du social, du territorial et de l’environnemental qu’il faut penser la transition socio-écologique.

Quel bilan faites-vous des interventions et débats qui se sont succédés ?

N.A. : Nous avons été très satisfaits de la qualité des interventions. Celles du matin ont été complémentaires entre le point de vue d’un philosophe, d’une sociologue et d’un économiste. Celles de l’après-midi également, avec deux tables rondes dans lesquelles nous avons fait dialoguer davantage des acteurs de terrain. Depuis 9 ans que nous organisons ces grandes conférences annuelles sur un thème « émergent », nous adoptons ce format qui combine conférences plénières visant à prendre du recul, et tables-rondes permettant des échanges dynamiques. La participation de la salle a de surcroît été particulièrement riche cette année. Ce dont nous nous félicitons car nous avons à cœur de permettre aux différents publics présents – élus, agents de collectivités et d’administration, étudiants, socio-professionnels, associatifs… – de repartir avec non seulement de nouvelles idées, de nouveaux contacts, mais aussi un autre regard et une envie de faire.

Inégalités environnementales, sociales et territoriales : Des enjeux interdépendants nécessisant une approche globale© Alterre Bourgogne

Quels sont les moyens d’action d’Alterre Bourgogne pour accompagner les acteurs de notre territoire dans la lutte contre les inégalités ?

N.A. : En tant qu’agence pour un développement soutenable, l’ensemble de notre action est orienté vers une meilleure prise en compte de l’environnement, vers plus de bien-être et de cohésion sociale et donc vers la réduction des inégalités. Pour ne citer que quelques exemples, nous avons été précurseurs sur les travaux aujourd’hui bien répandus de vulnérabilité énergétique. Dès 2006, nous avons produit des données à l’échelle communale et une cartographie illustrant le poids des dépenses d’énergie liées au logement et aux déplacements domicile-travail dans le budget des ménages. Ces données ont servi à l’élaboration des plans climat et des SCoT et sont aujourd’hui intégrées dans les profils énergétiques que nous effectuons pour les territoires. Nous nous situons là en amont des politiques publiques. Dans le domaine de l’adaptation au changement climatique, nous avons participé à un travail d’évaluation de l’effet îlot de chaleur urbain aux côtés du Grand Dijon et de l’ADEME. Le projet de recherche HYCCARE (Hydrologie, Changement climatique, Adaptation, Ressources en eau) qui a consisté à observer et projeter dans l’avenir les impacts du changement climatique sur les ressources en eau en Bourgogne, que nous avons coordonné pendant trois ans, comportait un volet accompagnement des acteurs de territoires sur les solutions à mettre en place et les méthodes de concertation. Enfin, le réseau régional des territoires en démarche de développement durable, y compris les Agendas 21, a vocation à conseiller et accompagner les territoires, quelle que soit leur taille, qu’ils soient urbains ou ruraux, à la transition écologique, vers un développement qui prenne en compte les enjeux de réduction des inégalités.

En Bourgogne, existe-t-il des spécificités en termes d’inégalités environnementales ?

N.A. : Étant une région à dominante rurale, cette caractéristique génère bien sûr des inégalités. Mais nous n’avons pas encore de vision d’ensemble. Nous sommes néanmoins en lien avec le monde de la recherche. Une étude est actuellement en cours sur les inégalités environnementales en Bourgogne, menée par le LEDi (Laboratoire d’économie de Dijon de l’Université de Bourgogne Franche-Comté), que nous suivons de près. Et l’ORS (Observatoire régional de la santé), dans le cadre de la préparation du PRSE3 (3e édition du Plan régional santé-environnement), travaille à la production de profiles de territoires en croisant des indicateurs de santé et d’environnement. Alterre est partenaire de ce travail.

Quelles semblent être les attentes des acteurs régionaux vis-à-vis de la recherche sur ces sujets ?

N.A. : Il y a un enjeu de partage, entre chercheurs et collectivités, en termes de construction et d’interprétation des données. Puis, dans un second temps, avoir le regard des collectivités, les faire réagir sur les éclairages qu’apportent les travaux de recherche, et aborder les solutions possibles ensemble, représente à mon sens une piste constructive. HYCCARE en est une bonne illustration.

Comme l’évoquait Monsieur Eloi Laurent, « la résilience des territoires est un enjeu de long terme ». Cela pourrait-il être le sujet d’une prochaine conférence d’Alterre Bourgogne ?

N.A. : Nous avions en effet envisagé de consacrer la conférence 2017 à ce thème. Mais la question des inégalités territoriales a rejoint en partie celle de la résilience. Et notre conférence de 2015 intitulée « Décider aujourd’hui pour demain » avait apporté un éclairage sur l’importance, pour les décideurs, de développer un regard à long terme qui aille au-delà des quelques années de leur mandat, ce qui va aussi dans le sens de la résilience des territoires. Finalement, on se rend compte que la question de la résilience est traitée de manière transversale dans nos différentes conférences. En 2017, nous traiterons de bio-mimétisme, et de la manière dont ce concept peut être source d’innovation et de stratégie résiliente pour les territoires.

 

Les conférences d’Alterre Bourgogne donnent lieu à des actes et à un numéro de Repères, périodique de l’Agence, qui peuvent être consultés en ligne sur : www.alterre-bourgogne.org  

Merci à Nadège Austin d’avoir joué le jeu des questions-réponses.

 

Propos recueillis par Mylène Martin