PORTRAIT DE CHERCHEUR

ClementineClémentine Hugol-Gential est chercheure en Sciences de l’Information et de la Communication. Elle est arrivée en septembre 2014 à l’Université de Bourgogne et au Laboratoire CIMEOS.
Avant cela, elle a passé six années au Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse d’abord en tant que doctorante pour réaliser une thèse sur les interactions serveur – client dans la restauration gastronomique, puis en tant que chargée de recherche sur les « pratiques et usages des consommateurs ».
Depuis son arrivée à l’Université de Bourgogne, elle conjugue enseignements, formations, recherches fondamentales et retombées concrètes pour les acteurs socio-économiques et le grand public.

Spécialiste des comportements alimentaires
Lorsqu’elle a commencé sa thèse, elle avait un profil de linguiste. Le milieu dans lequel elle a évolué lui a permis d’acquérir une connaissance riche sur le monde de l’alimentation. Décrypter les messages liés à l’alimentation dans la sphère publique et leurs impacts sur les représentations, les pratiques et les comportements des consommateurs est vite devenu sa passion.

Clémentine s’est ensuite intéressée à l’importance du contexte, de l’accompagnement, de la prise en charge en situation hospitalière. A l’hôpital, les personnes n’ont pas choisi d’être là, la plupart du temps les patients vivent une double rupture : la maladie et l’arrivée en institution. Le repas est très important car il rythme la journée mais surtout c’est un moment pendant lequel le patient peut retrouver des rituels, des habitudes.

Le projet de recherche ALIMS
Dans le projet de recherche « ALIMS » que mène actuellement Clémentine (financé par le Programme National pour l’Alimentation et par l’Agence Nationale de la recherche 2015-2018), l’ambition est de remettre le repas au cœur des réflexions de santé, d’interroger son rôle dans le soin et le prendre soin et de proposer des dispositifs de prise en charge innovants.
En croisant différentes méthodologies (veille documentaire, analyse des pratiques, analyse des représentations, adaptation d’un outil de mesure du bien-être alimentaire, mesures de pesées de retour d’assiettes) et en unissant plusieurs experts issus de différentes disciplines en lien avec l’alimentation et/ou la santé (médecin, diététicien(ne), philosophe, sémiologue, chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, chercheurs en comportements alimentaires, économiste), Clémentine tente d’apporter un éclairage complet sur le traitement du repas en établissement de santé, sur son sens, sa représentation et ses enjeux.

Alims16062016Un projet de recherche ouvert
Concrètement, la philosophie du projet ALIMS est d’être un projet ouvert : un site internet a donc été mis en place (http://projet-alims.fr) pour rendre accessible toute la documentation autour du repas en institut de santé. Ainsi, les professionnels de la santé qui ont envie de développer des projets sur cette thématique peuvent avoir accès à une boîte à idées.
Par ailleurs, des mallettes pédagogiques et des modules de formation vont être réalisés pour sensibiliser les équipes soignantes à l’importance du repas.
Dans cette même logique, une journée d’études a été organisée le 16 juin 2016 à la Maison des Sciences de l’Homme à Dijon dans le but de réunir des chercheurs et des professionnels de la santé et des industriels. Le projet ALIMS a véritablement cet objectif de décloisonner la recherche.
Voir à ce sujet, la journée d’études du 16 juin 2016 : http://projet-alims.fr/journee-detudes-16-juin/

Un projet accompagné par le Réseau Transition
Le Réseau a d’abord permis, grâce à son travail de veille, de repérer l’appel à projet du Programme National pour l’Alimentation et a contribué à mettre en contact le projet ALIMS et la DRAAF Bourgogne. Ainsi, le premier financement pour lancer le projet ALIMS a été obtenu. Aujourd’hui le Réseau Transition continue d’accompagner ponctuellement le projet ALIMS dans le cadre de la veille, de la participation aux réunions de consortium et de l’aide à l’organisation et à la communication des événements.


ClementinePortraitLes objectifs de Clémentine
> démontrer qu’il est essentiel de considérer le repas en établissement de santé au-delà des simples prérogatives physiologiques pour dépasser la posture médicalisante.

> intégrer le repas dans le dispositif de soin et la prise en charge des patients.
Il ne s’agira plus seulement de nourrir le patient mais de lui donner à manger au sens où l’entendait Claude Fischler pour qui manger c’est « incorporer non seulement de la substance nutritive mais aussi de la substance imaginaire, un tissu d’évocations, de connotations et de significations » (1990 : 15).


ALIMS logo

Les recherches de Clémentine soulignent que, lors du repas, les dimensions sociales, environnementales, identitaires sont essentielles.