UNE Justin EMERY

PORTRAIT DE CHERCHEUR

photo Justin EmeryJustin Emery a réalisé l’ensemble de son cursus de géographie à l’Université de Bourgogne, parcours Géographie-Environnement au Laboratoire ThéMA. Il s’est rapidement intéressé à toutes les thématiques portant sur le développement durable et plus spécifiquement sur l’ensemble de la sphère environnementale : impact du changement climatique, pollution atmosphérique, mobilités durables… Grâce au Master professionnel Transport-Mobilité-Environnement-Climat (TMEC) de l’Université de Bourgogne, il a pu faire le lien entre la géographie humaine (transport et mobilité) et la géographie physique (environnement et climatologie). Cet ancrage constitue le point de départ de sa passion pour l’étude de l’impact des activités humaines sur l’environnement.

Justin dit être venu dans le monde de la recherche avant tout par curiosité, et surtout une curiosité porté sur la modélisation : « Au même titre que le biologiste réalise ses expériences par l’intermédiaire des éprouvettes, aujourd’hui, à travers la modélisation, et plus particulièrement les plates-formes de Simulation Multi-Agents (SMA), le géographe se dote de son propre laboratoire, au sein duquel il peut tester ses hypothèses et en observer le fonctionnement en toute autonomie. Au-delà de simples outils techniques, la démarche de modélisation nécessite de s’interroger sur la manière avec laquelle on pense et on agence le fonctionnement du monde qui nous entoure. Ce qui est passionnant est que lorsque l’on s’inscrit dans ce cadre de pensée, on a l’occasion d’échanger avec des chercheurs et acteurs de multiples horizons en vue de confronter différents points de vue. »

Justin Emery« La mise en œuvre d’une démarche de modélisation permet de nous doter de notre propre laboratoire et de notre propre éprouvette pour tester et simuler des hypothèses de travail. »

 Son travail de recherche s’est construit au cours du temps dans une géographie tournée vers l’interdisciplinaire faisant dialoguer à la fois la géographie humaine et la géographie physique, et aussi d’autres disciplines comme la statistique, l’informatique et la climatologie. Ses questionnements de recherches s’inscrivent plus spécifiquement dans la représentation des dynamiques urbaines et des moyens de représentation de celles-ci à travers la modélisation.

Quelles améliorations envisager pour représenter le trafic routier et évaluer la pollution atmosphérique automobile en milieu urbain ?

En parrainage avec l’association de qualité de l’air dijonnaise : Atmosf’Air Bourgogne, le travail de Justin permet d’affiner les estimations du trafic routier pour l’évaluation de la pollution atmosphérique automobile (*PAA). Pour restituer un trafic routier plus proche de la mesure, et sur un ensemble de tronçons routiers plus important, il lui est apparu intéressant de partir de données de comptages issues de capteurs urbains. D’une manière plus générale, en partant de la donnée, c’est une démarche de construction de la connaissance sur les émissions de *PAA que Justin a tenté de questionner. En effet, à l’heure où le big data entre dans de nouveaux questionnements quant aux capacités des chercheurs à en extraire une connaissance, une démarche géographique a été proposée en vue de replacer la donnée au centre d’une démarche de simulation originale du trafic routier en s’appuyant sur un vaste ensemble de capteurs du trafic routier.

Comment les données permettent-elles de construire une connaissance sur le fonctionnement de l’espace urbain ?

Au-delà de ces aspects, le travail de Justin se tourne aussi vers l’opérationnalisation en vue d’apporter des réponses aux acteurs locaux du territoire et de répondre à la question : comment, à partir de ces vastes ensembles de données, produire une connaissance plus générale ? Il apparait important que le monde de la recherche soit en appuie des collectivités locales pour faire émerger des solutions et une expertise locale. Pour cela, il est nécessaire d’engager des dialogues entre les producteurs de données, puis les chercheurs et enfin le consommateur de données. À ce niveau, le chercheur se situe dans une boucle de rétroaction en interface avec les acteurs du territoire.

Une maquette 3D interactive pour le grand publicMarrakAir COP22

Une des autres facettes du travail de Justin est de sensibiliser le grand public sur les effets de la pollution atmosphérique en milieu urbain. En collaboration l’UMI UMMISCO de l’IRD** et l’Université de Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc), Justin et son équipe ont présenté le projet MarrakAir lors de la COP22. Ce projet a eu pour vocation de proposer une animation interactive pour observer et sensibiliser le grand public aux effets de la *PAA sur l’air urbain à travers une maquette 3D du quartier de Marrakech. Ainsi, l’utilisateur a pu tester différents scénarios sur le trafic routier : part de véhicules Diesel et Essence, Circulation alternée… et observer en direct ces impacts sur la maquette 3D.

photo maquette MarrakAir

*PAA : pollution atmosphérique automobile
**IRD : Institut de Recherche pour le Développement