Projet HYCCARE : Quelle ressource en eau pour la Bourgogne en 2098 ?

Projet Hyccare coordonné par Anne-Cerise Tissot, chargée de mission (eau, changement climatique), Alterre Bourgogne. Porté par Ministère de l'écologie, ADEME Bourgogne, Agences de l'eau Loire-Bretagne, Rhône Méditerranée Corse et Seine-Normandie. Terrai d'étude : Bourgogne.Le 25 mars 2016, la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon accueillait l’équipe du projet Hydrologie, Changement climatique, Adaptation et Ressources (HYCCARE) pour une restitution de ses trois années en recherche en Bourgogne. Initié en 2012 et coordonné par Alterre Bourgogne, ce projet pluridisciplinaire s’est penché sur les changements climatiques de la région et ses conséquences en matière de ressource et gestion de l’eau. Quelles sont les principales tendances en termes d’évolution de la ressource et de politiques d’adaptation ?

Dans le cadre du programme national Gestion et impacts du changement climatique sur la ressource en eau, sept organismes de recherches ont participé à l’analyse des bassins versants en Bourgogne. Leur objectif était d’évaluer l’impact du climat sur nos ressources en eau et faire émerger des politiques d’adaptations.

Clément Doney, Hydrogéologue au BRGM, intervient au séminaire final d'Hyccare pour présenter comment la géologie façonne l'hydrologie bourguignonne.
Clément Doney, Hydrogéologue au BRGM, intervient au séminaire final d’HYCCARE pour présenter comment la géologie façonne l’hydrologie bourguignonne.

Régionaliser les observations climatiques et hydrologiques

Les chercheurs d’HYCCARE ont observé les températures, les précipitations et les débits des cours d’eau, en remontant jusqu’en 1961. Ils ont alors constaté une rupture climatique survenue dans les années 1987 et 1988. Ce point de repère a servi de base aux travaux de l’équipe. En effet, les résultats du projet HYCCARE s’appuient sur une différenciation des données climatiques avant et après cette période. Mais que remarquons-nous exactement ? Depuis 1988, les températures régionales ont augmenté d’environ 1,2°C le jour et 1°C la nuit. Dans le même temps les précipitations ont très peu changé et les débits des cours d’eau ont diminué. En moyenne, en Bourgogne, la baisse des débits atteindrait 11%. Ceci s’explique par une évapotranspiration accrue : sous l’effet de la hausse des températures, l’eau s’évapore dans l’atmosphère et les plantes transpirent. Forte de ces premiers constats, l’équipe d’HYCCARE s’est concentrée sur la Tille, l’Arroux-Bourbince et l’Armançon. Elle a observé un assèchement significatif caractérisé par une diminution du nombre de jours de recharge des nappes et une augmentation du nombre de jours pendant lesquels la végétation subit des stress hydriques. Sur cette base, les chercheurs ont préparé plusieurs scénarii d’anticipation pour le futur de la région. Mais ils ne se sont pas arrêtés là ! Dès janvier 2015, ils ont animé des Ateliers du climat sur le bassin versant de l’Armançon, puis sur les territoires de la Tille, de l’Ouche et de la Vouge. Quels en étaient les objectifs ? Il s’agissait avant tout d’ouvrir un dialogue entre les chercheurs et les acteurs du territoire et d’imaginer collectivement des solutions pour demain.

Réchauffement climatique et ressource en eau : à quoi doit-on se préparer, comment s’adapter ?

Le projet HYCCARE nous propose une histoire du climat régional sur la période 1961-2098. Mais quels changements climatiques attendent les Bourguignons ? La région pourrait connaître de nouvelles ruptures climatiques telles que celle de 1988. Ces phases ressembleraient à des sauts climatiques. L’intensité de ces sauts serait de plus en plus forte dans le scénario pessimiste (non application des accords signés lors de la COP21). Dans le scénario optimiste, le réchauffement est moins marqué, les sauts moins nombreux ou moins forts, mais la diminution de la ressource en eau n’en reste pas moins extrêmement probable. Dans une telle situation, quelle serait la réaction la plus efficiente ? Observera-t-on de plus en plus de tensions entre les usagers ? Quelle stratégie d’adaptation pourrions-nous adopter ? Selon l’équipe d’HYCCARE, les situations de pénurie d’eau existent déjà et sont autant de prises pour s’adapter à un avenir où la disponibilité des ressources va fluctuer. Face à la rareté, certains acteurs misent sur l’installation d’infrastructures telles que des réservoirs, tandis que d’autres envisagent des projets de protection et de régulation de l’eau. Quelle que soit la solution, il est essentiel de dépasser le stade des réponses ponctuelles à la pénurie d’eau. HYCCARE ouvre la voie à une construction collective des politiques publiques.

En quoi consistent les Ateliers du climat ?

La société toute entière porte un rôle dans les politiques publiques d’adaptation à la pénurie d’eau. Outre leur utilité pour la recherche, Les Ateliers du climat ont initié des concertations entre les professionnels de la gestion de l’eau et les citoyens. Pour faire fructifier ces rencontres, les chercheurs ont utilisé une méthode dite de “design territorial” qu’ils nous présentent comme une “prospective territoriale participative et créative”. C’est ainsi qu’une quarantaine de participants ont été invités à analyser leur perception des changements climatiques, avant de confronter ces visions aux connaissances issues des recherches sur les bassins versants bourguignons. L’équipe d’HYCCARE peut aujourd’hui se féliciter de cette méthode qui aura permis aux uns et aux autres d’appréhender les responsabilités et rôles de leurs interlocuteurs.

Retrouvez toutes les synthèses des travaux d’HYCCARE sur le site d’Alterre Bourgogne

HYCCARE Bourgogne. (2016). Compte-rendu des ateliers de prospective territoriale des bassins de la Tille, de l’Ouche et de la Vouge des 13 novembre et 3 décembre 2015 à Brétigny. Alterre Bourgogne. Consulter le document.

HYCCARE Bourgogne. (2015). Ateliers du climat : Bassin versant de l’Armançon. Alterre Bourgogne. Consulter le document.

HYCCARE Bourgogne. (2015). Le changement climatique en Bourgogne et ses effets sur la ressource en eau. Alterre Bourgogne. Consulter le document.

PETIT, S., VERGOTE, M.-H., UMR CESAER, INRA, & AGROSUP DIJON. (2016). Faire de l’eau et du climat nos proches, pour s’adapter ensemble, ici et maintenant. Alterre Bourgogne. Consulter le document.